Archives de avril, 2017

 

S’applique à : Active Directory 2008 – 2008 R2 – 2008 R2 SP1 – 2012 – 2012 R – 2016

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe deux types de défragmentation de la base AD : En-ligne & Hors-ligne

Par défaut, les défragmentations En-ligne se produisent (automatiquement) toutes les 12 heures. Cette défragmentation fait partie du processus Garbage Collection d’Active Directory, décrit dans la KB Microsoft suivante :

The Active Directory Database Garbage Collection Process

Bien que la nature automatique des défragmentations en ligne les rendent commodes, elles ne réduisent en rien la taille du fichier base de données AD (NTDS.Dit) sur un Contrôleur de domaine. Les défragmentations en ligne ne font que récupérer l’espace libre de l’intérieur du fichier. Pour réduire la taille du fichier vous devez effectuer une défragmentation manuelle. Pour ce faire, suivez les instructions suivantes.

Dans l’exemple suivant, la taille de ma base AD (taille du fichier NTDS.dit) est ~2.65 GB :

Nous allons donc procéder à la défragmentation de la base afin de réduire la taille du fichier NTDS.dit, pour ce faire, suivez les instructions suivantes :

Lancez l’Invite de commande (CMD.exe) en tant qu’Administrateur et saisissez la commande suivante pour arrêter le service NTDS (service Windows correspondant à l’instance AD DS : Active Directory Domain Services)

Net Stop NTDS

Plusieurs services Windows dépendent du services NTDS, notamment les service DNS et DFS Replication

Confirmez l’arrêt du service NTDS mais aussi des 4 autres services Windows qui en dépendent, en saisissant Y (comme Yes)

Maintenant que la base AD est arrêtée, nous pouvons effectuer toutes les opérations de maintenance dessus, et notamment l’opération de défragmentation.

Pour ce faire, nous utilisons l’outil NTDSUtil, fourni par défaut sur tout Contrôleur de domaine.

Depuis la même Invite de commande, saisissez les commandes suivantes :

NTDSUtil

Activate Instance NTDS

File

Info

Les informations suivantes sont retournées. Notez la taille du fichier NTDS.dit

Pour défragmenter la base AD, saisissez la commande suivante

Comptact to C:\NTDS.dit

Dans l’exemple suivant, le fichier NTDS.dit (placé par défaut dans C:\Windows\NTDS) sera défragmenté et placé directement dans C:\NTDS.dit

Une fois la défragmentation terminée, vous devrez copiez ce nouveau fichier (défragmenté) dans C:\Windows\NTDS (et écraser l’ancien).

Enfin, saisissez la commande suivante pour copier le nouveau NTDS.dit vers C:\Windows\NTDS et écraser l’ancien base AD

Copy « C:\NTDS.dit\ntds.dit » « C:\Windows\NTDS\ntds.dit »  

Confirmez en saisissant Y (comme Yes)

Notez que vous devez également supprimer les anciens fichiers logs (placés par défaut dans C:\Windows\NTDS\*.log), pour ce faire, saisissez la commande suivante:

Del C:\Windows\NTDS\*.log

Enfin, démarrez la base AD et ses services Windows associés en saisissant :

Net Start NTDS

Ouvrez l’explorateur Windows et notez la nouvelle taille de la base AD. Dans l’exemple suivant, la taille du fichier NTDS.dit a été réduite de 2GB.

Lors des derniers audits AD réalisés chez mes clients, la taille de certaines bases AD est passée de 20 GB à 2,5 GB :).

Pour finir, je vous recommande la réalisation de cette opération d’une manière trimestrielle ou semestrielle, cela permettra d’optimiser l’espace disque utilisé sur les partitions systèmes (C:) de vos DCs, mais surtout améliorer les performances en matière d’authentification sur votre annuaire AD.

A bientôt

HK.

¯_(ツ)_/¯

Il est important, avant de démarrer une migration des contrôleurs de domaine, de vérifier l’état de santé de son environnement. Les outils standards comme « DCDiag.exe » et « Repadmin.exe » sont présents par défaut à partir de Windows Server 2008. Dans les versions précédentes il faut installer les outils de support.

« DCDiag » réalise par défaut le diagnostic du contrôleur de domaine sur lequel il est exécuté. Il est possible de vérifier l’ensemble des DCs d’un site avec « /a » ou de la forêt avec « /e ». Il est possible de n’enregistrer que les erreurs avec « /q » ou de générer un rapport avec « /f:fichier.txt ». L’option « /i » permet d’ignorer les avertissements sans gravité. Il est recommandé de faire un test DNS « /test : DNS » en plus. Voici les trois exemples de test possibles avec la création d’un rapport sur « C:\Temp » qui porte le nom du DC :

DCDiag /a /i /f:c:\temp\%Computername%Full.txt

DCDiag /a /i /q /f:c:\temp\%Computername%Erreur.txt

DCDiag /test:DNS /f:c:\temp\%Computername%DNS.txt

Dans le rapport créé par « dcdiag », chaque commande apparaît avec un résultat. Vous devez vérifier qu’il n’y a pas d’échec.

La commande « Repadmin » permet de vérifier l’état de la réplication de l’annuaire Active Directory mais ne détecte pas les erreurs de réplication de « SYSVOL ». Pour vérifier la réplication des partitions d’annuaire, utilisez la commande suivante :

Repadmin /showrepl

Il est important de vérifier que le vérificateur de cohérence de la  topologie de réplication (KCC) n’est pas désactivé pour le site. S’il est désactivé, vous verrez dans les options de site le texte  « IS_AUTO_TOPOLOGY_DISABLED »

Dans ce cas, vous devrez sans doute ajouter manuellement des liens de réplications pour les nouveaux DC. La commande pour réactiver le KCC est :

Repadmin /SiteOptions /site:Paris

-IS_AUTO_TOPOLOGY_DISABLED

La commande suivante permet d’avoir un rapport général sur la réplication et sur la latence. Dans notre laboratoire nous n’avons pour le moment que deux DCs sur deux sites avec  une réplication inter-sites configuré à 180 minutes et la latence n’est pas négligeable.

Repadmin /replsummary

Il existe un autre outil qui vous permet d’analyser les problèmes de réplication des différentes partitions. Il indique des liens vers les KB (Knowledge Base) Microsoft en cas d’erreur. Il s’agit d’Active Directory Replication Status Tool disponible en téléchargement gratuit à l’URL suivante :

https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=30005

L’observateur d’événement est également un outil permettant d’obtenir de nombreuses informations. Je vous recommande de consulter les journaux :

  • Système
  • Réplication DFS (si SYSVOL utilise DFS-R)
  • Serveur DNS
  • Service de réplication de fichier (si SYSVOL utilise NTFRS)
  • Service D’annuaire

===================================================================

Cet article est un extrait de l’eBook « Migrer son infrastructure Active Directory vers Windows Server 2012 et 2012 R2« , disponible sur BecomeITExpert.com

Lors de la création d’une nouvelle Unité d’Organisation (OU : Organizational Unit), celle-ci est par défaut « Protégée contre la suppression accidentelle »; il arrive que des IT Admins désactivent cette option. Il s’agit ici d’un risque majeur car une OU peut avoir des sous-OU contenant des objets de sécurité « critiques » tels que des comptes utilisateurs (VIP : PDG /DG), des compteurs ordinateurs (Laptop de directeurs : Administratif /Financier…) voire aussi des partages, imprimantes, groupes de sécurité …Etc

Il est recommandé d’effectuer régulièrement un audit « Light » des OU non protégées contre la suppression accidentelle.

Comment ça marche ?
Lister toutes les OUs non protégées contre la suppression accidentelle

Ouvrez une Session Windows sur un DC ou une machine d’Administration ayant les outils RSAT installés

Lancez Windows PowerShell en tant qu’Administrateur et saisissez la commande suivante :

Get-ADOrganizationalUnit -filter * -Properties ProtectedFromAccidentalDeletion | where {$_.ProtectedFromAccidentalDeletion -eq $false} | FT -AutoSize

Activer la « Protection contre la suppression accidentelle » sur les OUs non protégées 

Ouvrez une Session Windows sur un DC ou une machine d’Administration ayant les outils RSAT installés

Lancez Windows PowerShell en tant qu’Administrateur et saisissez la commande suivante :

Get-ADOrganizationalUnit -filter * -Properties ProtectedFromAccidentalDeletion | where {$_.ProtectedFromAccidentalDeletion -eq $false} | Set-ADOrganizationalUnit -ProtectedFromAccidentalDeletion $true

 

Hello everyone,

MS a annonce la fin de support de MS Exchange Server 2007 pour le 11 Avril 2017

Quel est l’impact ?

A partir du 12/04/2017, les éléments suivants ne sont plus fournis /pris en charge par Microsoft :

Support (Free ou payant)

Correctifs de bugs et de sécurité

Updates du Time Zone

What Next ?

Le géant américain recommande la migration d’infrastructure MS EXCH 2007 vers :

Exchange Server 2016

Office 365

 

En savoir plus : https://blogs.technet.microsoft.com/exchange/2017/02/27/exchange-2007-reaches-end-of-life-on-april-11th-whats-your-plan-to-move/

Vous découvrez à travers cette vidéo l’outil en ligne de commande « NET.exe » ainsi que les différents modes et contextes dans lesquels vous pouvez l’exécuter.
Pour vous permettre de vous familiariser avec l’outil, les explications sont suivies de plusieurs démonstrations techniques.

N’hésitez pas à « Liker & Partager » cette vidéo et vous abonner à notre chaine YT pour être informé de toute nouvelle vidéo publiée.
Stay in touch :);

A bientôt

HK

Si vous cherchez un moyen pour lister tous les comptes utilisateurs AD ayant un mot de passe qui « N’expire jamais », eh bien, The « Best & Easiest » way est l’utilisation de la Cmd-Let « Search-ADAccount », fournie avec le module PowerShell « ActiveDirectory »

Comment ça marche ?
  • Lancez Windows PowerShell (en tant qu’Administrateur) depuis un DC (Domain Controller) ou un serveur d’administration ayant les outils RSAT AD DS installés, et saisissez ensuite la commande suivante :
    • Search-ADAccount -PasswordNeverExpires

That’s all :).

Si vous cherchez un moyen pour lister tous les comptes utilisateurs AD « Désactivés », eh bien, The « Best & Easiest » way est l’utilisation de la Cmd-Let « Search-ADAccount », fournie avec le module PowerShell « ActiveDirectory »

Comment ça marche ?
  • Lancez Windows PowerShell (en tant qu’Administrateur) depuis un DC (Domain Controller) ou un serveur d’administration ayant les outils RSAT AD DS installés, et saisissez ensuite la commande suivante :
    • Search-ADAccount -AccountDisabled

That’s all :).