Archives de la catégorie ‘Outils en ligne de commande’

Microsoft a dévoilé pour la première fois sa nouvelle « Command Line Desktop App » pour Windows baptisée « Windows Terminal » au Microsoft Build 2019. L’équipe Windows avait annoncé qu’il s’agit d’une App Open source qui offre un emplacement central où les Développeurs/Scripteurs peuvent accéder à la ligne de commande traditionnelle, tels que la Command Prompt, Windows PowerShell, PowerShell Core ou encore au sous-système Windows pour Linux (WSL : Windows SubSytem for Linux), en version 1 mais aussi WSLv2.

Quelques améliorations verront le jour pour le nouveau Terminal Windows, notamment :

  • Prise en charge de plusieurs onglets (Multiple Tabs)
  • Moteur de rendu « Text » basé sur DirectWrite / DirectX accéléré par le GPU
  • Paramètres de configuration avancés

 

Bien que les développeurs pouvaient compiler et utiliser Windows Terminal à partir du code disponible sur GitHub, Microsoft propose désormais un « Installer » via son Windows Store.

 

Télécharger Terminal Windows App

La nouvelle App « Windows Terminal » pour Windows 10 peut être téléchargée depuis l’URL suivante :

https://www.microsoft.com/en-us/p/windows-terminal-preview/9n0dx20hk701

Vous serez automatiquement redirigé vers Windows Store pour télécharger l’App :

Une fois installée, cliquez sur « Lancer » pour démarrer une nouvelle instance Windows Terminal :

Notez qu’il existe tout de même certains prérequis, notamment la version de Windows 10 sur lequel vous souhaitez installer le nouveau Windows Terminal.

Pensez à Updater votre OS avant l’install de cette nouvelle App.

 

Lancement de Windows Terminal (Preview)

Une fois installée, la nouvelle (Preview) App « Windows Terminal » est accessible depuis Windows Store ou le Menu Démarré de votre machine Windows 10

Exécutez la nouvelle App Windows Terminal and Enjoy 🙂

Personnalisez l’interface « Windows Terminal »

Windows Terminal est fourni avec plusieurs thèmes et permet une personnalisation complète de l’interface.

La personnalisation consiste à modifier un fichier JSON (profiles.json) pour accéder à toutes les options de personnalisation (e.g : modification l’image d’arrière-plan…etc)

Microsoft fournit quelques instructions intéressantes concernant la partie personnalisation du Windows Terminal, je vous invite à consulter ce post pour en savoir plus.

 

Ce qu’il faut retenir

L’App Windows Terminal pour Windows 10 est encore en « Preview », Microsoft promet plusieurs améliorations/introduction de New Features, donc restez connectés et suivez les évolutions depuis la Page GitHub dédiée à Windows Terminal mais aussi et surtout depuis le DevBlog Windows 

 

Windows Terminal in Action 

Je vous invite à regarder la Vidéo Demo ci-dessous, réalisée par l’équipe « Microsoft Windows Developper »:

 

Participez à l’évolution/amélioration du nouveau Windows Terminal, Partagez votre Feedback !

N’hésitez pas à partager votre avis/feedback avec l’équipe Windows Developper ainsi que la communauté MS pour participer à l’évolution/amélioration de cette powerful App.

Vous pouvez contribuer depuis le repo GitHub dédié au nouveau Windows Terminal > Onglet « Issues » voir URL suivante :

https://github.com/Microsoft/Terminal

Introduction

Le produit LAPS (Local Administrator Password Solution) est un outil gratuit édité par Microsoft permettant de gérer automatiquement le mot de passe du compte administrateur local des systèmes d’exploitation Windows.

La solution se base par défaut sur le SID du compte administrateur local (S-1-5-21-XXXXXXXXXX-XXXXXXXXXX-XXXXXXXXXX-500).

L’utilisation du SID plutôt que le « SamAccountName » du compte BUILTING\administrateur (administrateur local de la machine) supprime l’adhérence à la langue du système installé, il est donc possible de déployer sur des environnements en français dont le compte se nomme « Administrateur » que des environnements en anglais où ce même compte se nomme « Administrator ».

La solution fonctionne aussi si vous avez renommé le compte Administrateur via GPO avec l’option :

Configuration ordinateur‘>’Paramètres Windows’> ‘Paramètres de sécurité’ > ‘Stratégies locales‘ > ‘Options de sécurité‘ > ‘Comptes : renommer le compte Administrateur‘ :

Note : vous pouvez trouver la liste des SID remarquables dans les KB Microsoft ci-dessous :

https://support.microsoft.com/fr-fr/help/243330/well-known-security-identifiers-in-windows-operating-systems

https://docs.microsoft.com/en-us/previous-versions/windows/it-pro/windows-2000-server/cc978401(v=technet.10)

 

Le mot de passe est généré de manière aléatoire et automatique avec une politique de complexité définie à l’avance et configurable. Ce même mot de passe est ensuite stocké au sein d’Active Directory dans un attribut du compte ordinateur « ms-MCS-AdmPwd ». Le mot de passe est donc unique à chaque machine.

Avant l’arrivée du produit LAPS, il était possible de configurer le mot de passe du compte Administrateur via GPO, plus précisément les GPP. Cette solution a été retirée par Microsoft car non sécure. De plus le mot de passe était global sur l’ensemble des ordinateurs recevant la GPO et en cas de changement il n’était pas possible de s’assurer que l’ensemble des machines aient été mise à jour. Il existe d’autre méthode via script PowerShell par exemple.

Avec LAPS lorsqu’il arrive qu’une machine soit corrompu ou que le mot de passe administrateur soit communiqué à un utilisateur, l’ensemble du parc machine n’est pas remis en cause.

Vous trouverez dans le lien ci-dessous le détail sur les failles de sécurité des GPO :

https://support.microsoft.com/en-us/help/2962486/ms14-025-vulnerability-in-group-policy-preferences-could-allow-elevati

La solution LAPS apporte les avantages suivants :

  • Sécurité :
    • Mot de passe généré aléatoirement.
    • Mot de passe unique.
    • Mot de passe changé régulièrement.
    • Possibilité d’ajuster la complexité du mot de passe
    • Possibilité de forcer le changement de mot de passe.
    • Mot de passe stocké dans AD et protégé par des ACL.
    • Echange entre client et AD chiffrés par Kerberos.
  • Management :
    • Configuration via GPO.
    • Module PowerShell pour l’installation, la configuration et gestion.
    • Disponibilité d’un client Lourd Graphique (GUI).

 

Lien de téléchargement

Microsoft LAPS est disponible en téléchargement gratuit depuis l’URL suivante :

https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=46899

 

Ceci est un extrait de l’eBook « Microsoft LAPS – Déploiement et Configuration en Entreprise« .

Pour en savoir plus, cliquez sur l’image suivante :

Microsoft a récemment dévoilé sa nouvelle Interface en ligne de commande nommée « Windows Terminal« .

Windows Terminal est la nouvelle Command Line Application pour Windows, elle intégrera tous les outils CLI tels que l’Invite de Commande (CMD.exe), Windows PowerShell ou encore le Sous-Système Windows pour Linux (WSL : Windows Subsystem for Linux).

Le but étant de proposer aux Développeurs/Codeurs une interface centrale depuis laquelle pourront faire appel à n’importe quel Command Line Tool.

Microsoft a souligné l’introduction de plusieurs fonctionnalités à Windows Terminal, notamment :

  • Possibilité d’ouvrir plusieurs onglets depuis la même instance Windows Terminal
  • Personnalisation de l’interface : plusieurs thèmes seront proposés
  • Création de plusieurs Profils pour chaque Application
  • … Il y’aura sûrement d’autres options/fonctionnalités, stay connected :).

Windows Terminal ne sera pas proposé tout de suite, son déploiement va se faire progressivement. Le géant américain prévoit une publication dans le cadre du programme Windows Insider le mois prochain, mais pour l’instant, aucun calendrier de publication pour la version finale n’est proposé !

#HK

 

Introduction

Dans le cadre d’un projet de Hardening/Sécurisation d’infrastructures systèmes (Windows Server ou Client), vous pouvez avoir comme exigence « La désactivation des ports USB /Accès aux USB Devices ».

Cela peut concerner sur les serveurs (Physiques ou Virtuels) et/ou Postes de travail.

Pour répondre à cette exigence, Microsoft fourni par défaut dans ses OS (Client & Server) des paramètres de Stratégie de Groupe vous permettant de mettre en place cette restriction.

Alors, comment ça marche ?

Avant l’application de la procédure décrite ci-dessous, Notez que dans l’exemple ci-dessous, mon Laptop (un WS10 > 1803) permet toujours l’accès à mes devices USB :

Maintenant lancez l’outil GPMC.msc si vous souhaitez appliquer cette restriction sur plusieurs machines jointes à un domaine AD, ou GPEdit.msc si vous souhaitez d’abord tester et valider la procédure sur une machine localement.

Développez ensuite :

Configuration Ordinateur > Stratégies > Modèles d’Administration > Système > Accès au stockage amovible > Toutes les classes de stockage amovible : refuser tous les accès

Pour désactiver l’accès aux devices USB, il suffit de cochez « Activé » :

Après application/refresh des stratégies de groupe (GpUpdate /Target:Computer), l’accès aux USB devices (USB Keys, External Disks…etc) devient interdit (accès refusé) :

 

Astuce : Désactiver les ports USB via Script 

La désactivation des ports USB peut également se faire via Script.

Dans l’exemple suivant, un simple script Batch basé sur le Command-Line Tool « REG.exe » vous permet de réaliser cette opération en changeant la valeur de la Clé « Start » et la positionnant à 4 (au lieu de 3).


REM ==== Important : vous devez exécuter le script en tant qu’Administrateur !
REM ===================================================

REG ADD HKLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\USBSTOR /v Start /t REG_DWORD /d 4 /f


Information utile

Si vous souhaitez ré-activer l’accès aux ports USB, il suffit d’éditer le fichier (Script Batch) et positionnez la valeur de la clé « Start » à 3

 

Téléchargez le script

Ce script est disponible en téléchargement gratuit depuis la Gallery TechNet.

Téléchargez le script ici.

OpenSSH : Un Quick Overview

OpenSSH est une Collection d’utilitaires Client/Server qui vous permettent d’établir des connexions distantes sécurisées, le (Secure) transfert de fichiers à distance ainsi que le Public/Private Key (Pair) Management.

OpenSSH est un outil extrêmement puissant qui a été créé dans le cadre du projet OpenBSD et qui, reste toujours utilisé depuis de nombreuses années dans les écosystèmes BSD, Linux, MacOS et Unix.

Pour en savoir plus sur OpenSSH, je vous invite à consulter cette page.

 

OpenSSH sur Windows 10, Amazing, Non  ^__^ ?

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais Microsoft à introduit (depuis quelques temps déjà :)) une super fonctionnalité (Optional Feature) au niveau de son OS Client « Windows 10 ». Il s’agit du client OpenSSH (Disponible en version « Beta » au moment de l’écriture de ce post).

Donc, si vous étiez jaloux de vos MacOS & Linux Friends, qui peuvent le faire depuis des siècles, eh bien ne le soyez plus :).

Allez, découvrons comment le Built-in OpenSSH Client peut être installé/activé et utilisé sur Windows 10 :).

 

Options d’installation du Client OpenSSH

Le Client OpenSSH peut être installé/activé via différents tools, à savoir :

Windows PowerShell

DISM.exe

Outil « GUI » : Applications et fonctionnalités

Note : l’installation du client OpenSSH nécessite un reboot de la machine !

 

 HowTo : Installer OpenSSH Client via Windows PowerShell

Pour installer/activer le client OpenSSH via PowerShell, lancez la console PowerShell (en tant qu’Admin) et saisissez la commande suivante :

Add-WindowsCapability –Online –Name OpenSSH.Client~~~~0.0.1.0

Tip : pour supprimer le client OpenSSH via Windows PowerShell, exécutez la commande suivante :

Note : un reboot post-suppression du client OpenSSH est également requis !

 

 HowTo : Installer OpenSSH Client via l’outil DISM.exe

L’outil DISM.exe (Deployment Image Servicing and Management) peut également être utilisé pour installer le client OpenSSH.

Pour ce faire, exécutez la commande suivante depuis une Invite de commande (CMD.exe) ou console PowerShell lancée en tant qu’Admin :

DISM /Online /Add-Capability /CapabilityName:OpenSSH.Client~~~~0.0.1.0

Vous êtes invité à redémarrer votre machine pour que l’install soit prise en compte.

Tip : pour supprimer le client OpenSSH via l’outil DISM, exécutez la commande suivante :

DISM /Online /Remove-Capability /CapabilityName:OpenSSH.Client~~~~0.0.1.0

 

 HowTo : Installer OpenSSH Client via la console « Paramètres Windows > Applications et fonctionnalités »

Depuis l’application « Paramètres Windows« , saisissez « Applications.. », localisez et cliquez sur « Applications et fonctionnalités »

La fenêtre suivante apparaît, cliquez sur « Gérer les fonctionnalités facultatives » :

Enfin, cliquez sur « Ajouter une fonctionnalité« , cherchez et localisez le client OpenSSH sur la liste et enfin, cliquez sur « Installer » pour l’activer sur votre machine.

Tip : la console « Applications et Fonctionnalités » peut être accessible directement depuis le « Search Menu » ou « Menu Exécuter » en saisissant la commande suivante :

ms-settings:appsfeatures


Check post-installation du Client OpenSSH

Vous pouvez utiliser les techniques ci-dessous pour vérifier que le client OpenSSH a bien été installé

Check depuis Windows PowerShell

Exécutez la commande suivante :

Get-WindowsCapability -Online | ? Name -like 'OpenSSH.Client'

Check depuis DISM

Exécutez la commande suivante :

DISM /Online /Get-CapabilityInfo /CapabilityName:"OpenSSH.Client~~~~0.0.1.0"

Le résultat suivant vous est retourné normalement :

Check depuis la console « Applications et Fonctionnalités »

Depuis la console « Gérer les fonctionnalités facultatives« , vérifiez que le client OpenSSH (Beta) fasse bien parti de la liste des Features installées :

 

HowTo : se connecter à l’aide du client OpenSSH Windows 10

Une fois installé, il suffit de saisir SSH suivi du nom d’utilisateur @ nom ou adresse IP du serveur distant pour se connecter via le client OpenSSH.

Dans l’exemple suivant, nous établissons une connexion sur l’hôte 10.100.10.10 en utilisant un compte utilisateur local nommé « hkroo » (déclaré sur la machine/serveur SSH distant) :

SSH hkroot@10.100.10.10

Cette commande peut être exécutée depuis l’Invite de commande ou une console Windows PowerShell (lancée en tant qu’Administrateur).

Note : si vous devez établir une connexion SSH à l’aide d’un compte faisant parti d’un domaine AD (hkadmin du domaine hklab.lan dans l’exemple suivant), la syntaxe devient la suivante :

SSH hkadmin@hklab@10.100.10.10

 

OpenSSH, toujours en version Beta (au 05/05/2018)

Comme vous avez pu le constater, le Client et Server OpenSSH sont toujours en mode « Beta Release » (au moment de la publication du présent post), il n’est donc pas recommandé de déployer cette Feature dans vos environnements de Production.

D’ailleurs, n’hésitez pas à remonter vos feedbacks /remarks /comments à MS si vous souhaitez contribuer à l’amélioration/évolution de cette super fonctionnalité :).

A bientôt

#HK

 

Les questions suivantes m’ont récemment été posées par l’équipe « Ingés Systèmes MS » chez un de mes clients ?

Est-il possible de déplacer le fichier pagefile.sys vers un nouvel emplacement (nouveau Disk) via l’interface CLI Windows (via un outil en ligne de commande Windows) ?

Y’a-t-il un risque /impact post-déplacement de ce fichier ?

 

Mes réponses étaient :

Oui, le fichier Pagefile.sys peut être déplacé vers un nouvel emplacement (au niveau de la même partition/disque ou vers un nouveau disque).

Non, aucun risque/impact, si bien évidemment l’opération de déplacement se fait correctement :).

 

Suis-je obliger de déplacer mon fichier pagefile.sys ? Quels « Cases » ?

Avant d’envisager un déplacement du fichier pagefile.sys, commencez d’abord par vérifier que c’est bien ce fichier qui occupe le plus d’espace disque sur votre serveur.

Notez que par défaut, le fichier pagefile.sys est placé dans la partition système C:\ > C:\pagefile.sys

Dans l’exemple suivant, nous exécutions l’outil TreeSize pour connaître les dossiers et fichiers occupant le plus d’espace sur le disque C: de mon DC (il s’agit ici d’un DC physique).

Comme illustré dans la console TreeSize ci-dessous, le fichier pagefile.sys de mon D(omain) C(ontroller) occupe lui seul 25GB de la partition système (C:).

 

Dans le cas de mon client, toutes les partitions C: (de 70GB) n’avaient quasiment plus d’espace disque libre, voir l’exemple suivant avec 9MB d’espace libre :S

Dans ce cas de figure, avec un pagefile.sys à 25GB (~40% de la taille globale de C:), il FAUT obligatoirement le déplacer pour libérer de l’espace disque dans l’immédiat car avec une telle configuration votre DC finira par crasher, rapidement !

 

Requirements

Vous devez bien évidemment avoir un autre disque connecté sur votre serveur « Physique » ou ajoutez un nouveau vDisk à votre serveur Virtuel. Notez que ce dernier doit avoir suffisamment d’espace disque libre pour accueillir votre nouveau fichier pagefile.sys

Important : la configuration d’un nouvel emplacement du fichier pagefile.sys nécessite le Reboot de votre serveur pour que cette modification soit prise en compte.

Déplacer le fichier pagefile.sys vers une nouveau Disque

Exécutez les commandes suivantes pour :

Créer un nouveau fichier Pagefile.sys et le placer dans disque dédié (Lettre D:)

wmic pagefileset create name=D:\pagefile.sys

Définir sa taille (Maximale) à 8192 MB (8GB)

wmic pagefileset where name=D:\pagefile.sys set InitialSize=2048,MaximumSize=8192

Supprimer l’ancien fichier Pagefile.sys (placé dans C:\ dans notre cas)

wmic pagefileset where name=C:\pagefile.sys delete

 

Vérifier que le nouveau fichier pagefile.sys a bien été créé et déplacé

Pour visualiser l’emplacement du nouveau fichier Pagefile.sys, saisissez la commande wmic pagefileset list ou wmic pagefileset list /format:list pour avoir un output au format « Liste ».

A bientôt pour de nouvelles Tips & Tricks Windows, stay connected :).

#HK | Just Another IT Guy

S’applique à : Windows Vista, Windows 7/8/8.1, Windows 10, Windows Server 2008/2008 R2, Windows Server 2012/2012 R2, Windows Server 2016
A noter que certains paramètres et instructions ne sont disponibles que sur les dernières versions de Windows Server et Windows Client, e.i Windows 10 - Windows Server 2016. lancer MSG.exe /? dan un premier temps pour obtenir la liste des paramètres disponibles

 

Introduction

WhoAmI.exe est un outil en ligne de commande natif dans les systèmes d’exploitation Windows Server et Windows Client.

Il vous permet de lister tous les privilèges et groupes d’appartenance de l’utilisateur connecté actuellement (de manière interactive) sur une Session Windows. WhoAmi.exe permet également de collecter les informations telles que le FQDN /UPN ou encore LOGONID de l’utilisateur connecté.

S’il est utilisé/exécuté sans aucun paramètre, WhoAmi.exe affichera le nom de l’utilisateur connecté actuellement et son domaine d’appartenance (au format NTML Domaine\Nom_Utilisateur) ou le nom du Groupe de travail (WorkGroup) si la machine n’est pas intégrée dans un domaine Active Directory.

Syntaxe

L’outil WhoAmi.exe peut être utilisé sous trois modes différents (trois syntaxes), à savoir

Sysntaxe 1 :

WHOAMI [/UPN | /FQDN | /LOGONID]

/UPN | Affiche le nom d’utilisateur au format UPN (nom d’utilisateur principal).
/FQDN |  Affiche le nom d’utilisateur au format FQDN (nom de domaine pleinement qualifié).
/LOGONID | Affiche l’ID de connexion de l’utilisateur actuel.

LIRE LA SUITE...