Articles Tagués ‘Microsoft Cloud’

 

Useful Info : Si vous n’avez pas encore consulté les 4 premiers HowTo Azure CLI 2.0, ceux-ci sont disponibles aux URLs ci-après:

HowTo #N°1 : Connecter l’interface Azure CLI 2.0 à votre abonnement Azure

HowTo #N°2 : Créer et gérer les groupes de ressources Azure

HowTo #N°3 Créer et gérer les réseaux virtuels Azure (VNET : Virtual Network)

HowTo #N°4 Créer et gérer les Machines Virtuelles Azure (Azure VM)

 

Introduction 

Pour pouvoir suivre votre utilisation/consommation Azure et consulter vos factures, Microsoft fournis différents outils (Graphique & CLI) pour consulter et gérer cette partie facturation (Billing) Azure de manière efficace.

Trois principaux outils vous permettent aujourd’hui de gérer la facturation Azure :

Le nouveau portail Azure : portal.azure.com

Windows PowerShell : utilisation du module PS Azure

Azure CLI 2.0 : via l’utilisation de la commande az billing

Nous allons découvrir à travers cet article la troisième méthode qu’est l’utilisation de l’interface Azure CLI 2.0

Alors comment ça marche ?
#1. Gestion de la facturation Azure

Saisissez az billing -h pour en savoir plus sur les sous-commandes disponibles :

Comme illustré dans la screenshot ci-dessus, deux sous-commandes sont disponibles :

az billing invoice : vous permet d’obtenir les factures pour votre abonnement Azure

az billing period : vous permet d’obtenir les périodes de facturations pour votre abonnement Azure

 

Pour lister toutes les factures disponibles pour votre abonnement Azure, saisissez la commande suivante :

az billing invoice list –out table

Si vous souhaitez télécharger une ou plusieurs factures, vous devez d’abord générer leur URL de téléchargement, pour ce faire, l’une des deux commandes ci-dessous est utilisée :

az billing invoice list –generate-download-url –out jsonc

ou

az billing invoice list -d –out jsonc

Astuce : Vous avez pu constater que la valeur du paramètre –output n’est pas « table » cette fois-ci, car ce format de sorti n’est pas supporté avec le paramètre -d (ou –generate-download-url). En effet, si vous exécutez la même commande en spécifiant –out table, les URL de téléchargement ne sont pas retournées, voir capture d’écran ci-dessous:

 

Pour afficher plus de détails sur une facture spécifique, exécutez la commande suivante :

az billing invoice show -n Nom_Facture –out table

Dans l’exemple suivant la facture  « 201712-417363190482647 » est appelée, la commande suivante est donc exécutée :

az billing invoice show -n 201712-417363190482647 –out table

Si vous souhaitez télécharger une facture spécifique (201712-417363190482647 dans l’exemple suivant), la commande suivante est utilisée (remplacement de la valeur du paramètre –output par jsonc):

az billing invoice show -n 201712-417363190482647 –out jsonc

Notez ensuite la valeur du paramètre « URL« :

Enfin, il suffit de copier l’URL « https://billinginsightsstore02.blog.core.windows.net/invoice/XXXXXXX » et la coller directement dans barre l’adresse de votre navigateur Web pour accéder à la facture (format PDF) :

#2. Gestion des périodes de facturation

Pour lister cette fois-ci les périodes de facturation, la commande suivante est à exécuter :

az billing period list –out table

Pour afficher plus de détails sur une période de facturation spécifique, exécutez la commande suivante en spécifiant le nom de la période :

az billing period -n 201801-1 –out table 

Le HowTo N°6 est en cours de finalisation, donc restez connectés :).

#HK

Publicités
Introduction 

Si vous créez et gérer vos services Cloud Azure principalement via l’interface Azure CLI 2.0, vous devez vérifier, de manière régulière si d’autres composants sont disponibles, vous pouvez également vérifier si de nouvelles versions des composants déjà installés sont proposées pour mettre à jour (updater) votre interface en ligne de commande et avoir accès aux dernières options /commandes proposées par MS.

Ok, mais comment puis-je lister les nouveaux composants disponibles pour mon interface Azure CLI 2.0 ou lister les nouvelles versions disponibles pour les composants déjà installés ?

 

HowTo : Lister et Updater les composants disponibles pour votre interface Azure CLI 2.0

Lancez l’invite de commande (CMD.exe) en tant qu’Administrateur et saisissez la commande suivante pour lister tous les composants disponibles pouvant être installés et s’intégrés à votre interface Azure CLI 2.0 :

az component list-available –out table

Dans l’exemple suivant, nous allons installer l’extension /composant « backup, mais avant, je vais d’abord lister toutes les commandes disponibles actuellement sur mon interface CLI 2.0 pour m’assurer qu’aucune commande relative au service Azure Backup n’est disponible sur mon interface locale, pour ce faire, exécutez simplement la commande : az -h

Comme illustrée dans la screenshot ci-dessus, les seules commandes commençant par « b » sont « batch » et « billing« , donc le composant « backup » est effectivement non installé actuellement, mais selon le résultat de la commande az component list-available, ce composant est bien disponible et peut s’intégrer sur mon interface Azure CLI 2.0

Pour l’installer, la commande suivante est utilisée :

az component update -add backup

Une fois installé, le résultat vous est retourné :

Maintenant, nous allons vérifier si le composant « backup » a bien été installé, simplement et réexécutant la commande az -h :

Et c’est le K :).

 

 

Microsoft travaille ardemment sur Azure Recovery Services et introduit régulièrement des nouveautés et améliorations à son Azure Backup Software (Solution de Sauvegarde Cloud /Online). Certaines nouvelles fonctionnalités nécessitent la nouvelle (dernière) version de l’agent Azure Backup, ou l’agent MARS (Microsoft Azure Recovery Services) pour fonctionner correctement.

Si vous créez /configurez un nouveau Recovery Vault (Coffre Recovery Services), il vous est proposé de télécharger la dernière version disponible de l’agent Azure Backup :

En outre, si vous avez déjà déployé une ancienne version de l’agent MARS, un Pop-up vous demendant de mettre à jour l’agent vers la nouvelle/dernière version est affiché de manière automatique lors du lancement de la console (Snap-in) MMC Azure Backup, deux possibilités s’offrent à vous :

Soit cliquez sur « Oui/Yes » pour télécharger et installer la nouvelle version de l’agent

Soit télécharger au préalable la dernière version de l’agent depuis le Lien de téléchargement montré dans la Screenshot précédente et faire un Upgrade In-Place.

 

Azure Backup Agent : What’s New

Great News 😀 !!

La dernière version de l’agent Azure Backup prend désormais en charge la sauvegarde du System State des serveurs OnPrem :

Pour vous faciliter la vie, je vous ai mis un Download Link de la dernière version de l’agent Azure Backup, Just Click & Download 🙂

Resource Manager « Locks », qu’est ce que c’est ?!

Le modèle de déploiement ARM (Azure Resource Manager) inclut une fonctionnalité qui va sûrement intéresser les IT en charge d’administrer et de sécuriser les services et ressources Azure : il s’agit de « Resource Manager Locks »

Ces verrous vous permettent de protéger vos ressources Azure jugées « Critiques » en mettant en place des règles de restrictions pour empêcher toute modification et/ou suppression accidentelle. Les Locks Resource Manager n’ont aucun rapport avec une hiérarchie RBAC (Role-Based Access Control) car une fois appliqués, ils positionnent des restrictions sur la ressource pour TOUS les utilisateurs. Cela devient très utile quand vous souhaitez protéger des « Ressources Azure Critiques » contre toute modification ou suppression, même accidentelle.

Notez qu’il existe deux niveaux de verrouillage, à savoir :

  • CanNotDelete : ce niveau empêche tous les utilisateurs de supprimer la(es) ressource(s) Azure sur la(es) quelle(s) le verrou est activé. Les ressources Azure restent en revanche accessibles en lecture et peuvent être modifiée à tout moment.
  • ReadOnly : ce niveau rend les ressources Azure accessibles en « Lecture seule » uniquement. Les utilisateurs ne peuvent donc ni modifier ni supprimer la(s) ressource(s) sur la(es) quelle(s) le verrou est activé. Appliquez ce niveau de verrouillage a le même effet /impact que d’attribuer le rôle « Lecteur » à vos utilisateurs, en effet, les mêmes autorisations accordées par le rôle « Lecteur » sont appliquées via le Lock « ReadOnly ».

Les « Locks » Resource Manager peuvent être appliqués aux :

  • Abonnements (Azure Subscriptions)
  • Groupes de Ressources (Azure Resources Group)
  • Ressources (Azure Resources)

Note importante : quand vous appliquez un verrou au niveau d’un abonnement, toutes les ressources placées dans cet abonnement (y compris celles que vous créerez plus tard) héritent le même niveau de verrouillage. De plus, et contrairement au RBAC, une fois appliqués, les Locks impactent tous les utilisateurs, quelque soit leur rôle. Donc, si la modification ou suppression d’une ressource (déjà Lockée) devient vraiment nécessaire, vous devrez d’abord supprimer le verrou associé à la ressource avant de la modifier ou la supprimer.


Les Permissions : ce que vous devez connaître !

Les permissions qui vous permettent de créer et supprimer les verrous nécessitent l’accès à l’une des permissions RBAC suivante :

  • Microsoft.Authorization/*
  • Microsoft.Authorization/locks/*

Par défaut, ces actions /permissions sont prédéfinies pour les rôles « Owner /Propriétaire » et « User Access Administrator /Administrateur de l’accès Utilisateur ». Si nécessaire, vous pouvez les ajouter à des rôles spécifiques /personnalisés.

 

Logs /Traçabilité 

Les opérations de « Création & Suppression » de verrous sont (par défaut) inscrites dans les Journaux d’Activité Azure (Azure Activité Logs).

Les utilisateurs qui tente de supprimer ou modifier une ressource ayant un « Lock » déjà en place recoivent le message d’erreur suivant :

Au niveau du New Azure Portal (portal.Azure.com) :

Au niveau de l’interface Azure CLI, l’Admin IT reçoit le message suivant :

The scope ‘/subscriptions/31854640-1004-4040-81fc-be333f3cef5c/resourceGroups/hk-dev-rg/providers/Microsoft.Storage/storageAccounts/hkcriticalstorage1’ cannot perform delete operation because following scope(s) are locked: ‘/subscriptions/31854640-1004-4040-81fc-be333f3cef5c’. Please remove the lock and try again.

Même chose côté PowerShell, le message d’erreur suivant est retourné à l’Admin IT :

Remove-AzureRmResource : ScopeLocked : The scope ‘/subscriptions/31854640-1004-4040-81fc-be333f3cef5c/resourceGroups/hk-dev-rg/providers/Microsoft.Storage/storageAccounts/hkcriticalstorage1’
cannot perform delete operation because following scope(s) are locked: ‘/subscriptions/31854640-1004-4040-81fc-be333f3cef5c’. Please remove the lock and try again.

 

HowTo : Créer vos « Verrous /Locks »

Les « Locks » Resource Manager peuvent être créés soit au moment de la création de la ressource (au niveau du Template ARM) ou ultérieurement via le nouveau portal Azure (portal.Azure.com), Windows PowerShell ou encore l’interface en ligne de commande (Az CLI 2.0).

Création des « Locks » lors de la création d’une Ressource

La création de Verrous lors de la configuration du Template ARM est le meilleur moyen de s’assurer que votre protection est bien place une fois vos ressources Azure créées /provisionnées.

Les Verrous sont des ressources ARM de « Haut Niveau », ils ne font pas partis de la configuration (sous-couche) des ressources Azure mais plutôt référence à la (aux) ressource(s) à verrouiller, celles-ci doivent donc d’abord exister pour pouvoir créer des « Locks ».

Dans l’exemple suivant, nous allons créer un compte de stockage nommé hkcriticalstorage1 et ensuite verrouiller cette ressource contre la suppression. Notez que le paramètre « Type » fait référence au type de ressource que vous voulez « Verrouiller ».

 

{
« type »: « Microsoft.Storage/storageAccounts »,
« name »: « hkcriticalstorage1 »,
« apiVersion »: « 2015-01-01 »,
« location »: « [resourceGroup().location] »,
« tags »: {
« displayName »: « hkcriticalstorage1 »
},
« properties »: {
« accountType »: « Standard_LRS »
}
},
{
« name »: « [concat(‘hkcriticalstorage1’, ‘/Microsoft.Authorization/criticalStorageLock’)] »,
« type »: « Microsoft.Storage/storageAccounts/providers/locks »,
« apiVersion »: « 2015-01-01 »,
« properties »: {
« level »: « CannotDelete »
}
}
]

 

Le niveau de verrouillage peut être défini à « ReadOnly » simplement en changeant la valeur du paramètre « Level » et la définissant à ReadOnly

Création des « Locks » via le Portail Azure

Comme expliqué précédemment, les verrous s’appliquent à différent niveau : abonnement, groupe de ressource ou encore à des ressources individuelles.

Pour ajouter un « Lock », il suffit de sélectionner l’objet sur lequel vous souhaitez l’appliquer, et cliquez (depuis le volet gauche) sur :

Verrous (ou Locks si votre portail Azure est en En« glish ») : s’il s’agit d’un Groupe de Ressources ou une Ressource individuelle

 

 

 

 

Verrous de ressources (ou Resource Locks si votre portail Azure est en En« glish ») : s’il s’agit d’un Abonnement Azure

 

 

 

 

 

 

Dans l’exemple suivant, nous allons ajouter un « Lock » au niveau de mon abonnement (Visual Studio Premium avec MSDN) en spécifiant les informations suivantes :

  • Nom du Verrou : hk-subscription-lock-del(etion)
  • Type de verrou : Supprimer
  • Remarques : Ce Verrou permet d’empêcher tout utilisateur de supprimer les ressources de l’abonnement Azure « VS Prem MSDN » de HK

Pour ce faire, il faut simplement cliquer sur « Verrous de ressources » > Ajouter > et spécifier ensuite les informations de configuration:

Pour confirmer que les ressources Azure hébergées au niveau de l’abonnement héritent bien ce « Lock » nouvellement créé, cliquez sur n’importe quelle ressource de l’abonnement et rendez-vous ensuite sur « Verrous » ou « Locks », constatez l’apparition du « Lock », précédemment créé :

Création des « Locks » via Windows PowerShell

Le code PS ci-après peut être utilisé pour ajouter un « Lock » à une ressource existante. Encore une fois, le type de ressource (paramètre ResourceType) dépend du type de la ressource que vous souhaitez verrouiller.

Pour supprimer le Verrou, vous devez utiliser la Cmd-let Remove-AzureRmResourceLock.

 

Création des « Locks » via Azure CLI 2.0

Note : si vous n’avez pas encore connecter votre Interface Azure CLI 2.0 à votre compte Azure, je vous invite à consultez cet article.

La commande qui vous permet de créer et gérer les « Verrous » est : Az Lock

Depuis l’interface CLI 2.0, saisissez Az Lock -h pour faire apparaître l’aide en ligne de cette commande :

Pour créer un « Lock » de type « ReadOnly » et l’appliquer au niveau de votre abonnement Azure, la commande suivante est utilisée :

az lock create –name criticalStorageLock –resource-group hk-criticalstorage-rg –lock-type ReadOnly

Je vous invite à consulter cet article très bien rédigé par l’équipe MS Azure pour en savoir plus sur toute la syntaxe et paramètre disponibles avec la commande Az Lock.

 

Ce qu’il faut retenir

Notez que les Locks permettent seulement la protection contre toute suppression ou modification accidentelle des ressources Azure « Critiques », ceux-ci ne permettent pas une restriction totale car les Admins Azure peuvent facilement supprimer les verrous et récupérer les droits de « Supprimer et/ou Modifier » les ressources Azure.

Perso, je considère les Locks comme une couche de protection supplémentaire des ressources Azure car, ils s’appliquent à TOUS les utilisateurs, quelque soit leur rôle (hiérarchie RBAC), cela permettra donc une amélioration de la sécurité /protection de l’infrastructure Cloud, Azure.

What Next ?

Je vous laisse créer et tester vos new Resource Manager Locks sur vos ressources Azure et me faire part de votre feedback pour cette fonctionnalité.

Restez connecté, plusieurs articles autour de l’Azure sont en cours de finalisation et verront le jour très prochainement sur mon blog :).

A bientôt.