Il est important, avant de démarrer une migration des contrôleurs de domaine, de vérifier l’état de santé de son environnement. Les outils standards comme « DCDiag.exe » et « Repadmin.exe » sont présents par défaut à partir de Windows Server 2008. Dans les versions précédentes il faut installer les outils de support.

« DCDiag » réalise par défaut le diagnostic du contrôleur de domaine sur lequel il est exécuté. Il est possible de vérifier l’ensemble des DCs d’un site avec « /a » ou de la forêt avec « /e ». Il est possible de n’enregistrer que les erreurs avec « /q » ou de générer un rapport avec « /f:fichier.txt ». L’option « /i » permet d’ignorer les avertissements sans gravité. Il est recommandé de faire un test DNS « /test : DNS » en plus. Voici les trois exemples de test possibles avec la création d’un rapport sur « C:\Temp » qui porte le nom du DC :

DCDiag /a /i /f:c:\temp\%Computername%Full.txt

DCDiag /a /i /q /f:c:\temp\%Computername%Erreur.txt

DCDiag /test:DNS /f:c:\temp\%Computername%DNS.txt

Dans le rapport créé par « dcdiag », chaque commande apparaît avec un résultat. Vous devez vérifier qu’il n’y a pas d’échec.

La commande « Repadmin » permet de vérifier l’état de la réplication de l’annuaire Active Directory mais ne détecte pas les erreurs de réplication de « SYSVOL ». Pour vérifier la réplication des partitions d’annuaire, utilisez la commande suivante :

Repadmin /showrepl

Il est important de vérifier que le vérificateur de cohérence de la  topologie de réplication (KCC) n’est pas désactivé pour le site. S’il est désactivé, vous verrez dans les options de site le texte  « IS_AUTO_TOPOLOGY_DISABLED »

Dans ce cas, vous devrez sans doute ajouter manuellement des liens de réplications pour les nouveaux DC. La commande pour réactiver le KCC est :

Repadmin /SiteOptions /site:Paris

-IS_AUTO_TOPOLOGY_DISABLED

La commande suivante permet d’avoir un rapport général sur la réplication et sur la latence. Dans notre laboratoire nous n’avons pour le moment que deux DCs sur deux sites avec  une réplication inter-sites configuré à 180 minutes et la latence n’est pas négligeable.

Repadmin /replsummary

Il existe un autre outil qui vous permet d’analyser les problèmes de réplication des différentes partitions. Il indique des liens vers les KB (Knowledge Base) Microsoft en cas d’erreur. Il s’agit d’Active Directory Replication Status Tool disponible en téléchargement gratuit à l’URL suivante :

https://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=30005

L’observateur d’événement est également un outil permettant d’obtenir de nombreuses informations. Je vous recommande de consulter les journaux :

  • Système
  • Réplication DFS (si SYSVOL utilise DFS-R)
  • Serveur DNS
  • Service de réplication de fichier (si SYSVOL utilise NTFRS)
  • Service D’annuaire

===================================================================

Cet article est un extrait de l’eBook « Migrer son infrastructure Active Directory vers Windows Server 2012 et 2012 R2« , disponible sur BecomeITExpert.com

Lors de la création d’une nouvelle Unité d’Organisation (OU : Organizational Unit), celle-ci est par défaut « Protégée contre la suppression accidentelle »; il arrive que des IT Admins désactivent cette option. Il s’agit ici d’un risque majeur car une OU peut avoir des sous-OU contenant des objets de sécurité « critiques » tels que des comptes utilisateurs (VIP : PDG /DG), des compteurs ordinateurs (Laptop de directeurs : Administratif /Financier…) voire aussi des partages, imprimantes, groupes de sécurité …Etc

Il est recommandé d’effectuer régulièrement un audit « Light » des OU non protégées contre la suppression accidentelle.

Comment ça marche ?
Lister toutes les OUs non protégées contre la suppression accidentelle

Ouvrez une Session Windows sur un DC ou une machine d’Administration ayant les outils RSAT installés

Lancez Windows PowerShell en tant qu’Administrateur et saisissez la commande suivante :

Get-ADOrganizationalUnit -filter * -Properties ProtectedFromAccidentalDeletion | where {$_.ProtectedFromAccidentalDeletion -eq $false} | FT -AutoSize

Activer la « Protection contre la suppression accidentelle » sur les OUs non protégées 

Ouvrez une Session Windows sur un DC ou une machine d’Administration ayant les outils RSAT installés

Lancez Windows PowerShell en tant qu’Administrateur et saisissez la commande suivante :

Get-ADOrganizationalUnit -filter * -Properties ProtectedFromAccidentalDeletion | where {$_.ProtectedFromAccidentalDeletion -eq $false} | Set-ADOrganizationalUnit -ProtectedFromAccidentalDeletion $true

 

Hello everyone,

MS a annonce la fin de support de MS Exchange Server 2007 pour le 11 Avril 2017

Quel est l’impact ?

A partir du 12/04/2017, les éléments suivants ne sont plus fournis /pris en charge par Microsoft :

Support (Free ou payant)

Correctifs de bugs et de sécurité

Updates du Time Zone

What Next ?

Le géant américain recommande la migration d’infrastructure MS EXCH 2007 vers :

Exchange Server 2016

Office 365

 

En savoir plus : https://blogs.technet.microsoft.com/exchange/2017/02/27/exchange-2007-reaches-end-of-life-on-april-11th-whats-your-plan-to-move/

Vous découvrez à travers cette vidéo l’outil en ligne de commande « NET.exe » ainsi que les différents modes et contextes dans lesquels vous pouvez l’exécuter.
Pour vous permettre de vous familiariser avec l’outil, les explications sont suivies de plusieurs démonstrations techniques.

N’hésitez pas à « Liker & Partager » cette vidéo et vous abonner à notre chaine YT pour être informé de toute nouvelle vidéo publiée.
Stay in touch :);

A bientôt

HK

Si vous cherchez un moyen pour lister tous les comptes utilisateurs AD ayant un mot de passe qui « N’expire jamais », eh bien, The « Best & Easiest » way est l’utilisation de la Cmd-Let « Search-ADAccount », fournie avec le module PowerShell « ActiveDirectory »

Comment ça marche ?
  • Lancez Windows PowerShell (en tant qu’Administrateur) depuis un DC (Domain Controller) ou un serveur d’administration ayant les outils RSAT AD DS installés, et saisissez ensuite la commande suivante :
    • Search-ADAccount -PasswordNeverExpires

That’s all :).

Si vous cherchez un moyen pour lister tous les comptes utilisateurs AD « Désactivés », eh bien, The « Best & Easiest » way est l’utilisation de la Cmd-Let « Search-ADAccount », fournie avec le module PowerShell « ActiveDirectory »

Comment ça marche ?
  • Lancez Windows PowerShell (en tant qu’Administrateur) depuis un DC (Domain Controller) ou un serveur d’administration ayant les outils RSAT AD DS installés, et saisissez ensuite la commande suivante :
    • Search-ADAccount -AccountDisabled

That’s all :).

 

S’applique à : RDS Windows Server 2012, RDS Windows Server 2012 R2 et RDS Windows Server 2016

Services de rôles RDS pris en charge par Windows Server Core 2016

Plusieurs services de rôles RDS peuvent être hébergés et exécutés sur Windows Server 2016 en mode « Core ». Voir le tableau ci-après :

Service de rôle RDS Supporté sur Server Core
RDCB  
RDLS  
RDSH  
RDVH  
RDWA  
RDG  
pris en charge

 

non pris en charge

 

En outre, Windows Server 2016 « Core » prend en charge tous les agents (graphiques) de Monitoring, Antivirus, Sauvegarde ou encore Sécurité (Encryption de Disk /Files). Vous pouvez donc continuer à inclure vos serveurs RDS en mode Core dans le périmètre de vos solutions d’infrastructures existantes, et ce sans aucun impact.

Pensez donc à privilégier l’utilisation du more « Core » pour vos serveurs Brokers (RDCB) et de Licences (RDLS).

Note importante : depuis Windows Server 2016, il n’est plus possible de Switcher entre les modes « GUI » et « Core ». Vous devez donc déployer vos serveurs RDS en mode Core « From Scratch ». Les serveurs RDS 2016 (existants) qui sont déjà en mode « Graphique » ne peuvent malheureusement être transformés en mode « Core » comme c’était le cas avec Windows Server 2012 et 2012 R2.

Gérer vos serveurs RDS Core à distance

Les serveurs RDS (RDCB et RDLS) exécutant Windows Server 2016 en mode Core peuvent être gérés à distance depuis n’importe quelle machine d’administration ayant les outils RSAT installés. Cela pourrait être une machine cliente (Windows 7, 8/8.1 ou encore Windows 10) ou un serveur d’administration (Windows Server 2008/2008, 2012 /2012 R2 ou encore 2016).

Depuis un Serveur d’Administration

Depuis Windows Server (2008 R2 ou ultérieur), lancez Windows PowerShell et saisissez la commande suivante :

Get-WindowsFeature RSATRDS* | FT –AutoSize

Les outils RSAT dédiés pour la gestion des services de rôles RDS sont retournés

L’outil (Snap-in) RSAT-RDS-Licensing-Diagnosis-UI correspondant à « Outils de diagnostic des licences des services Bureau à distance » vous permet de gérer et diagnostiquer les services de licence RDS à distance.

Quant à l’outil « Gestionnaire de Licence des Services Bureau à distance« , celui-ci vous permettra d’activer votre serveur de Licence RDS, installer, gérer et migrer vos CAL RDS.

Depuis une machine cliente d’Administration

Il est également possible de gérer votre déploiement RDS depuis une machine cliente (Windows 7 ou ultérieur) ayant les outils RSAT installés.

En effet, ces derniers incluent l’outil « Server Manager » qui vous permet de regrouper vos serveurs RDS de déploiement dans le même pool de serveurs et gérer ainsi votre déploiement depuis le volet « Services Bureau à distance ».

Vous trouverez ci-après les liens de téléchargements des outils RSAT pour les clients Win7 > Win10:

Outils RSAT pour Windows 10

Outils RSAT pour Windows 8.1

Outils RSAT pour Windows 7