Archives de juin, 2017

Hello everyone,

Si vous êtes amenés à créer des tâches planifiées pour exécuter des scripts PowerShell (script de check, d’audit, lancement d’opérations spécifiques…), eh bien notez que vous devez d’abord prendre connaissance de certaines informations pour que vos scripts se déclenchent correctement à l’heure schedulée.

Mon besoin

J’ai besoin de surveiller les changements apportés à un groupe AD à « Haut privilèges » tel que le groupe « Admins du domaine ». L’audit de ce groupe se fera via l’utilisation d’un script PowerShell (basé sur les Cmd-Lets du Module PS ActiveDirectory) et l’envoi de notification par mail se fera simplement via l’utilisation d’un serveur SMTP disponible sur le réseau (Cmd-Let Send-MailMessage).

Pour éviter d’investir du $$ dans une solution tierce de monitoring /alerte, j’utiliserais simplement une tâche planifiée qui exécute mon script d’audit AD chaque heure et qui m’envoi des notifications par mail pour rester informé de toute modification ayant eu lieu sur le groupe Domain Admins.

Comment ça marche ?

Dans l’exemple suivant, une tâche planifiée nommée « DA_Check » (Domain Admins_Check) sera créée, celle-ci sera configurée pour déclencher /exécuter de manière quotidienne le script D:\MyScripts\DA_Checker.ps1

Vous lancez le planificateur de tâches et vous créez votre tâche de manière classique

Arrivée à l’étape illustrée dans l’image ci-après, vous sélectionnez « Démarrer un programme »

Remplissez le champ « Programme/script » en respectant la syntaxe suivante : PowerShell -File « Emplacement_de_votre_script_PS »

Dans notre exemple, le script devant être exécuté par la tâche planifiée est placé dans D:\MyScripts\DA_Checker.ps1, la ligne de code à spécifier est donc :

Eh voilà, le tour est joué :).

A bientôt

HK

Publicités

Note : si vous n’avez pas encore connecté votre interface Azure CLI 2.0 à votre abonnement Azure, suivez les instructions détaillées dans cet article.

Introduction

Toutes les ressources créés /provisionnées dans Microsoft Azure ont besoin d’être associées à des « Groupes de Ressources ». il s’agit ici d’une fonctionnalité de base du modèle ARM (Azure Resource Management).

Utiliser un groupe de ressource Azure vous permettra de grouper toutes vos ressources Cloud (VM, vNIC, stockage, IP Public..etc) dans une sorte de « Conteneur » et de les gérer de manière centraliser.

La création d’un groupe de ressource Azure peut se faire via :

Le nouveau portail Azure : portal.azure.com

Windows PowerShell : utilisation du module PS Azure

Azure CLI 2.0 : via l’utilisation de la commande az group

Nous allons découvrir à travers cet article la troisième méthode qu’est l’utilisation de l’interface Azure CLI 2.0

Now let’s create & manage our Azure Resource Group via Azure CLI 2.0__O

Comment ça marche ?
  • Ouvrez une Session Windows sur la machine d’administration sur laquelle Azure CLI 2.0 a été installé
  • Lancez l’invite de commande (CMD.exe) en tant qu’Administrateur et saisissez az pour vérifier la disponibilité de l’interface Azure CLI 2.0
  • Après avoir saisi et exécuté la commande az, le Menu suivant vous est retourné :

  • La commande qui nous intéresse est Group. En effet, l’interface az dans le contexte group permet de créer et gérer les groupes de ressources Azure.
  • Pour afficher /lister les groupes de ressources existants, saisissez az group list

  • Pour créer un nouveau groupe de ressource, la commande az group create est utilisée. Dans l’exemple suivant, un groupe de ressource nommé « G2R_HK » sera créé. Le paramètre -l (comme location) permet de spécifier la région Azure dans laquelle le groupe de ressource sera placé /hébergé.

  • Le champ « ProvisioningState » vous indique le résultat de l’opération > Succeeded dans notre cas (groupe de ressource créé avec succès).
  • Si vous vous connectez sur le nouveau portail Azure (> portal.azure.com), vous pouvez constater l’existence du groupe G2R_HK créé précédemment

  • Nous allons maintenant afficher des informations sur notre groupe de ressource G2R_HK. La commande az group show G2R_HK est utilisée :

Notez que vous pouvez ajouter des « Tags » à vos groupes de ressources, cela devient vite pratique si vous devez créer plusieurs groupes de ressources pour des entités ou départements spécifiques > e.g : un groupe de ressource pour le département RH, un second groupe de ressource pour le département Compta …

  • Pour ce faire, le paramètre -Tags est utilisé. Dans l’exemple suivant, nous allons créer un nouveau groupe de ressource appelé G2R_RH et nous allons le « TagGer » > Depart-RH, la commande suivante est utilisée :
  • az group create -l WestEurope -n G2R_RH –tag « Depart-RH »

  • Vous pouvez mettre à jour un groupe de ressource existant pour ajouter des Tags si cela n’a pas été fait lors de la création. la commande update et le paramètre –set sont utilisés. Dans l’exemple suivant, les Tags « Depart-IT » « Env=PROD » seront ajoutés au groupe de ressource existant G2R_HK, la commande suivante est donc utilisée : az group update -n G2R_HK –set tags.Depart=IT tags.Env=PROD

  • Enfin, pour supprimer un groupe de ressource Azure, la commande az group dans le contexte « delete » est utilisée. Dans l’exemple suivant, le groupe de ressource G2R_RH sera supprimé : az group delete -n G2R_RH
  • Vous devez confirmer l’opération de suppression en saisissant y comme yes

Azure CLI Tip : pour une meilleure lisibilité du résultat retourné par une commande Az CLI, je vous recommande l’utilisation du paramètre –output suivi de table pour formater les informations retournées au format « Tableau », dans l’exemple suivant nous listons les groupes de ressources disponibles en spécifiant un format de sortie > « Tableau » :

az group list –output table

 

What Next ?

Maintenant que vous avez créé votre (ou vos) groupe(s) de ressource(s), découvrez comment créer votre premier réseau virtuel Azure (VNET Azure) en suivant le HowTo #N°3 Créer et gérer les réseaux virtuels Azure (VNET : Virtual Network)

 

 

 

 

 

 

 

 

===================================================================

Cet article un extrait de l’unique eBook (guide pas à pas en Français :)) sur Azure CLI 2.0. Il sera bientôt disponible sur BecomeITExpert.com  :), so stay in touch les copains.

HK.

J’ai l’immense honneur de vous annoncer la disponibilité de la seconde Edition de mon « Best-selling » eBook : RDS Windows Server 2012 R2.

Cette nouvelle édition voit le jour suite au succès de la première Edition (+ de 1000 ventes réalisées :)), je tiens à remercier tous les abonnés /followers et surtout toute personne ayant acheté et participé au succès de la première édition

Merci encore :).

2ème Edition, What’s New ?

Cette deuxième édition traite toutes les nouveautés introduites avec RDS Windows Server 2016. e.g : l’utilisation de la solution RDS sur Azure (RDS VDI avec un Windows 10 as a Service :))

En outre, j’ai décidé de créer un nouveau chapitre dans lequel j’ai regroupé tous les « Trucs & Astuces » liés à RDS 2016.

Plusieurs chapitres et sous-chapitres ont été ajoutés à cette deuxième édition, à savoir :

  • CHAPITRE 16. DEPLOYER VOTRE INFRASTRUCTURE RDS VDI SUR AZURE
  • RDS Virtual Desktop Infrastructure et Azure
  • HowTo : Déployer votre infrastructure RDS VDI 2016 sur Azure

 

  • CHAPITRE 17. CONFIGURER RDS 2016 AVEC AZURE SQL
  • Préparez votre « Bac à sable » sur Azure
  • Création de la base de données Azure SQL pour le RDCB HA
  • Configuration de l’équilibrage de la charge
  • Installation des agents SQL Native Client sur chaque VM Azure RDCB Server
  • Installation de Microsoft ODBC Driver 13.1 pour SQL Server sur chaque RDCB Server (VM Azure)
  • Configurer la haute disponibilité du service RDCB sur Azure
  • Sizing de la base de données SQL Azure

 

  • CHAPITRE 18. PENSEZ A DEPLOYER VOS SERVEURS RDS EN MODE « CORE »
  • Services de rôles RDS pris en charge par Windows Server Core 2016
  • Gérer vos serveurs RDS Core à distance
  • Depuis un Serveur d’Administration
  • Depuis une machine cliente d’Administration

 

  • CHAPITRE 20. TIPS & TRICKS RDS QUE VOUS DEVEZ CONNAITRE
  • HowTo : Effacer l’historique des connexions Bureau à distance
  • Méthode #N°1 : via RegEdit.exe (Edition de la BDR)
  • Méthode #N°2 : via Script
  • HowTo : Publier des RemoteApps et Bureaux Windows sur la même Collection de Session
  • Méthode #N°1 : via les Propriétés de la Collection
  • Méthode #N°2 : via RegEdit.exe (Edition de la BDR)
  • Méthode #N°3 : via Script
  • HowTo : Configurez l’Auto-Logon sur le Portail RD Web Access
  • Pensez à utiliser l’outil RDCMan (Remote Desktop Connection Manager)

 

  • CHAPITRE 21. LISTE DES SCRIPTS ET OUTILS RDS QUE VOUS DEVEZ AVOIR DANS VOTRE TOOLBOX
  • Scripts pour le rôle « Remote Desktop Services »
  • Outils de déploiement RDS : RDS-O-Matic
  • Outils de gestion et administration RDS
  • Outils de sécurisation RDS
  • Outils de diagnostic et dépannage RDS

 

Enfin, plusieurs « HowTo » vous permettant d’apporter une personnalisation complète sur votre Portail RD Web Access sont détaillées dans cet ouvrage. Cf « CHAPITRE 15. PERSONNALISER VOTRE PORTAIL RDWA »

N’attendez plus pour vous former sur RDS 2016, updatez vos Skills RDS et devenez un « Real RDS Expert » grace a cet eBook.

L’eBook est disponible sur BecomeITexpert.com, cliquez sur l’image ci-après pour en savoir plus :

OFFRE SPECIALE !

Pour tout achat avant la fin de l’année (au plus 30/12/2017), un ticket de support (par mail /tel /skype) vous est offert gracieusement :). Donc vous pouvez faire appel à moi pour vous aider dans le design, architecture, déploiement ou simplement troubleshooter votre infrastructure RDS 2016 (OnPrem ou Cloud).

Restauration de l’état du système

Vous pouvez effectuer une restauration autoritaire de SYSVOL lors de la restauration de l’état du système, soit en ligne de commande avec « WBAdmin » en ajoutant « –authsysvol », soit avec l’interface graphique en mode restauration d’annuaire en cochant la case :

Par contre si vous faites une restauration complète depuis le support d’installation, vous devez utiliser les procédures présentées au prochain paragraphe.

Restauration autoritaire avec NTFRS

Vous pouvez configurer la restauration autoritaire de SYSVOL après la restauration du premier DC de chaque domaine en modifiant la valeur « BurFlags » du registre sur « D4 » :

« HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\services\NtFrs\Parameters\Backup/Restore\Process at Startup » 

  • D4 : restauration faisant autorité sur les autres DCs
  • D2 : restauration non autoritaire uniquement pour ce DC

Après la modification du registre, vous devez redémarrer le serveur ou le service NTFRS :

Net stop NTFRS

Net Start NTFRS

Ou plus simplement :

Net Stop NTFRS && Net Start NTFRS

Restauration autoritaire avec DFS-R

Vous pouvez effectuer une restauration autoritaire de « SYSVOL » lors de la restauration du premier DC en utilisant la méthode suivante.

Ouvrez la console « Utilisateurs et Ordinateurs Active Directory ». Dans affichage, sélectionnez les options « Utilisateurs, contact,… en tant que conteneur » et « Fonctionnalités avancées » :

Dans le menu de gauche, allez sous « Domain Controllers », ouvrez le détail de votre contrôleur de domaine, puis allez sous « DFS-LocalSettings », « DomainSystem Volume »

Dans le panneau central faites un clic droit sur « Domain System Volume » et sélectionnez propriétés. Dans « éditeur d’attributs », recherchez « msDFSR-Options » et définissez la valeur à «»

Si vous souhaitez effectuer une restauration autoritaire de « SYSVOL » en dehors d’une procédure de restauration d’une forêt, je vous conseille de lire l’article suivant :

https://support.microsoft.com/en-us/help/2218556/how-to-force-an-authoritative-and-non-authoritative-synchronization-for-dfsr-replicated-sysvol-like-d4-d2-for-frs

====================================================================

Cet article est un extrait de l’eBook « Active Directory 2012 et 2021 R2 – Sauvegarde et Restauration« , disponible sur BecomeITExpert.com

A propos de cet eBook

La sauvegarde et la restauration d’Active Directory sont des opérations particulières. Souvent un peu perdu au milieu de la stratégie de sauvegarde de l’entreprise, la sauvegarde AD répond à certaines règles particulières.

Un annuaire AD intègre est un ensemble cohérent de contrôleurs de domaine d’une même forêt qui possèdent des éléments communs et des objets particuliers pour chaque domaine de la forêt. La restauration Active Directory nécessite de conserver cette cohérence.

Comme sur d’autres produits, il existe différents niveaux de granularité entre la restauration complète de la forêt et la restauration d’un utilisateur ou d’une stratégie de groupe, la démarche n’est pas identique. La maîtrise de ces processus passe par la connaissance de son environnement et de certains principes.
A la fin de ce livre, vous serez capable de :

Planifier et mettre en œuvre la sauvegarde d’Active Directory Domain Services
Définir et utiliser les outils de restaurations d’objet Active Directory (Utilisateurs, Ordinateurs, …)
Décrire et utiliser les outils de sauvegarde et restauration des stratégies de groupe
D’expliquer le principe de restauration autoritaire Active Directory / Sysvol
De restaurer l’intégralité d’une forêt Active Directory dans un environnement multi domaines.

N’attendez plus, apprenez dès aujourd’hui, à planifier et créer un plan de reprise d’activité (PRA) de votre infrastructure Active Directory

Très bon eBook écrit par Philippe BARTH, MVP Directory Services

L’eBook est disponible sur BecomeITexpert.com, cliquez sur l’image ci-après pour en savoir plus :

 

Hello tout le monde,

La liste complète des DCs de votre domaine AD peut être obtenu via :

Windows PowerShell (Cmd-lets Get-ADDomainController ou Get-ADGroupMember)

Outil CLI : NLTest.exe

 

Comment ça marche ?

Via la Cmd-let « Get-ADDomainController »

  • Lancez Windows PowerShell (en tant qu’Admin) depuis un DC ou un serveur d’administration ayant les outils RSAT AD DS installés
  • Saisissez la commande suivante : Get-ADDomainController -Filter * | Select Name

Via la Cmd-Let « Get-ADGroupMember »

  • Lancez Windows PowerShell (en tant qu’Admin) depuis un DC ou un serveur d’administration ayant les outils RSAT AD DS installés
  • Saisissez la commande suivante : Get-ADGroupMember « Contrôleurs de Domaine » | Select Name
    • Note importante : Cette commande retourne uniquement les WDC (Writable Domain Controllers), si vous souhaitez aussi lister les RODC (Read-Only Domain Controllers), vous devez exécuter la commande : Get-ADGroupMember « Read-Only Domain Controllers » | Select Name

Via l’outil CLI « NLTest.exe »

  • Lancez l’Invite de commande (CMD.exe) depuis un DC ou une machine d’administration et saisissez la commande suivante : NLTest /DCList:Nom_de_domaine